Jump to content
Dharmaling Forums

dominique

Members
  • Content Count

    14
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

About dominique

  • Rank
    Member
  1. Un parc ou des personnes ce sont réunies, j’entand au loin la douce voie d’un homme et d’autres bien habillés l’écoute. Il se dégage de ce jardin une atmosphère transportante, presque enivrante et rassurante. Les gens par petit groupe chuchotent ça et là. Trois jeunes femmes traverse le parc elles transportent des plats préparés. L’homme s’arrête de parler et le silence semble s’y infiltrer au loin un chien et le bruit d’une grosse charrette qui s’éloigne dans une rue du village. Le bruit des plats de terre qui sont déposé. C’était la fin d’un enseignement qu’à donner Le fils des Sakkias, le bénie des dieux. Je suis au milieu de cette foule et je me sens en sécurité. Je ne reconnais personne, personne ne vient à moi. Quelle belle image, je voudrais la garder tout le temps. Cette image n’aurait pas pu apparaître si je n’avais pas rencontré le bouddhisme. Le bouddhisme ne me serait pas parvenu si Bouddha n’était apparut sur une face de la planète. Qu’est-ce qui à fait que le Bouddha soit apparut ?
  2. Angélique bonjour, l'animal que tu as choisi comme compagnon est un animal indépendant et qui à en lui une priorité qui est comme chacun de nous la recherche de son propre bien être. Ceci est notre point commun. Le chat à une particularité c'est que tu n'est pas l'enseignement, tu est pour lui un objet familier et le teritoire qu'il occupe et ta maison, il te permet d'y cohabiter en sa compagnie. alors cherche non pas à lui enseigner, mais à chercher ces besoins et tu trouvera alors son coeur et la vérité de son être. La régle est de le découvrir au fond du plus profond de son être. Pour le moment il est jeune et Il à besoin d'une Maman et tu lui prodigue les enseignement qu'une maman chat donne à son petit (celon son évolution ou age). ne lui prodigue pas les soin q'une mère humaine peu donner à son enfant mais apprend comment une mère chat peut donner ces soins à son petit et il te respectera, ainsi que le territoire que tu met à sa disposition. C'est une belle rencontre que celle d'un humain et d'un autre être, bonne route tous les deux.
  3. http://www.karmaling.org/actualites/editio...jna/revuedh.htm
  4. Tashi delek, quand tisane ma donné ce lien, je n'étais pas supposer m'attendre à ce genre de message, qui à la base part d'une bonne intention. mééééh! Mais, chez moi, il y a toujours un mais, cela dois me venir du fait que mon signe astrologique est la chèvre d'eau. Je n'est pas mis mon prénom et je n'est donc pas reçus les flateries et gentillesses comme si j'avais écrit mon identitée et le sympatiques site et devenue un enseignement sur le resentis et l'illusion d'un tel programe, qui répette à tous ceux qui veulent bien le recevoir un espoir de concidération. Nous somme tous receptif à de tels mesages et il peut être positif pour notre évolution vers l'éveil ou être un poison pour certain d'entre nous. Selons ci nous nous concidérons comme un merveilleux (le corps humain) outil de réalisation ou important à ce monde (univers) essenciel à la vie au point de se considerer comme un être important. Notre responsabilité commence au levé en nous réveilant, en passant notre porte et avec le rapport que nous avons avec les autres. Chaques pas que nous faisons vers les autres et l'intention qui nous motive est important. Par l'acte, la parole et la pensée Nous devons êtres vigilant, pas pour les avantages que nous en tirrerons, mais pour une motivation altruïste et généreuse. Les avantages (siddhis) ne doivent pas être un objectif. Il sont simplement le résultat de nos véritables intentions et ils s'inscrivent d'eux même comme toutes nos erreurs dans le karma (causes conditionnées). Simplement cette réalisation de ce phénomène naturel devrait nous motiver vers un monde meilleur. Le Bouddhisme nous enseigne la patience en réalisant l'impermanence des phénomènes. Soyons le jardinier de notre existance, mais aussi le jardin. Gardez-vous bien.
  5. Pour complément à l'enseignement de Lama Shenphen, je me souvien d'un enseignement de Sa Sainteté Le Dalaï-Lama qui répondait à un intervenant, dans une radio Bouddhiste. Il disait à peut près cela: - Quest qu'il avait avant le bing-bang? - (Avec le sourire qui le caractérise) il répond: "Un autre bing-bang..."
  6. Les maæ#131;®tres sont bien plus avancer, pour t'expliquer les causes de la souffrance (dukkha) Je peu juste te dire que les causes de l'ignorence sont æ#131; l'origine de la souffrance en passant par des æ#131;©tapes. Et rapeller ce que j'ai lus dans des livre et qui m'on aider æ#131; comprendre ma vision de l'existence et qui me maintien sur le chemin du Bouddha et du Dharma. Si je ne suis pas bouddhiste pour autant c'est un choix. Il me semble, que le Bouddhisme est bien trop sæ#131;©rieux pour le prendre æ#131; la læ#131;©gæ#131;¨re. Maintenant, je serais heureux de pouvoir avoir un echange avec toi. apræ#131;¨s une petite mæ#131;©dition au centre bouddhiste d'Eguilles "Le refæ#131;»ge". Qu'en pense-tu?
  7. Bonjour voisin, Oui, on peut dire qu'il y a une génèse dans le sens Biblique du terme un début sans commencement dans l'explication du Bouddha. Cette génèse et l'ignorence. Et ceci apparait par ce que que cela est. l'ignorence est au commencement de ce qui nous constitut en passant par des étapes. Que l'on appelle causes conditionées.
  8. Nous avons tous (les æ#131;ªtres) la mæ#131;ªme aspiration. "Notre propre bien æ#131;ªtre"
  9. Une note d'espoire, dans la relation inerreligions je vous direz comment c'est passæ#131;© les vacances.
  10. Dimanche je suis invitæ#131;© par un ami æ#131; passer les vacance avec eux. En cela rien d'æ#131;©trange ou de spæ#131;©cial de vieux ami se retrouve pour passer du bon temps. mais ce qui me fait plaisir c'est que denys est un moine Franciscain curæ#131;© de paroisse et Moustapha qui est musulman. Trois amis de confæ#131;©sions et d'idæ#131;©ologies difæ#131;©rentes rassemblæ#131;©s pour passer du bon temps enssemble. http://www.lamrim.com http://www.lamrim.com/mailman/listinfo/lamrimradio ce site est la seul radio bouddhiste, que je connaisse si vous aviez des renseignement sur des radios en langue franæ#131;§aise je serais heureux d'en prendre note. Celle læ#131; est anglaise. Merci pour vos tæ#131;©moignage !
  11. Experience-Experiment Curiously, I notice that many persons go towards a religion or at a moment when in their life there is something who(which) does not go, or because they try to go better. I do not recognize in this step(method) to look for a better state to be. Then I wondered what really my attracted(enticed) towards the Buddhism. I have of listen as a lot to speak about the Buddhism and about the reincarnation, the connection was made, but I is made no step(method) then to know more about it. Then one day I met A small family which practised the Buddhism of Nichiren. I hung on(collided) to a certain practice which was not convenient for me, by its personal inaccessibility. I was thus allowed carry(wear) during approximately 3 or 4 years in the recitation of nam myo � Then one day in a forest of eucalyptus in the South of Spain, I do not know why, I addressed the persons died, whom I called the former(ancient). Respectfully, I meditated on these men and women past and asked them for their competition to help the alive. The small anecdote of this period, it is the pain on the big sister who lived the disappearance of his(her) young younger child and the fear that this last one is taken a plane with these paper and that it is followed whoever. I went away in the forest and I addressed the former(ancient) asking them to give me an answer to calm the suffering of this young lady. I do not know how long I remained sat(based) in dressmaker(suit) in the middle of the forest and in the black without the moon. A single answer arrived at my spirit while I lost any hope of an answer. And I was convinced that there was the answer. The mental object said " three days ". I ended from it that it was necessary to wait three days in the suffering of the English young person to see again(to revise) his sister who should reappear. I returned to the camp and the group sat in my small van in full discussion. I did not understand that they said, but seen the tension which to reign, I had a presentiment that they spoke about the youngest. When the reflection taken place in words and consolations, I placed in bad English famous � three in the daytime � who(which) amazed the participants then in the Portuguese I asked in that somebody translates to the big sister, that his(her) younger child would return in three days which would follow. Then the ended translation I answered the inquiring glance by a simple smile. During three days which took place I remained confident and I propagated my liver to the sister, which this only hope had only. To end I would say that the scepticism of certain members of the group did not answer the wait(expectation) and the boyfriend of the big sister took me for the crazy Frenchman and he warned his fiancæ#131;©e not to listen to me. Three days we followed and the unconscious young person returned as if of nothing was. Then I returned one the years or the two on Laval or I saw regularly my father who had taken a direction(management) towards the religion normalized in Europe, the Catholicism. Then I left southward and after a period of wandering I started again contact with a monk Franciscan with whom I had made an end of road some years earlier. He(it) had made his(its) priesthood and was cleaned out by parish. He asked me to stay and I crossed(spent) one year in near this parish. And it is there between tradition of the sutra of the heart and the divine love that I heard(understood) the voice(vote) of a man whom we called the Dalai Lama and who in some sentences summarized what at the bottom(really) I inhaled(sucked up). There began my truths collect towards the Buddhism. From book(pound) to book(pound) and of consideration in consideration, I went to what I became today or, approximately ten years. It is after my problems began unlike many and mani also
  12. Expæ#131;©rience Curieusement, je constate que beaucoup de personnes vont vers une religion soit æ#131; un moment oæ#131;¹ dans leur vie il y a quelque chose qui ne va pas, ou parce quâ¦#128;¦#153;ils cherchent æ#131; aller mieux. Je ne me reconnais pas dans cette dæ#131;©marche de chercher un meilleur æ#131;©tat dâ¦#128;¦#153;æ#131;ªtre. Alors je me suis demandæ#131;© ce qui vraiment ma attiræ#131;© vers le bouddhisme. Jâ¦#128;¦#153;ai du entendre comme beaucoup parler du bouddhisme et de la ræ#131;©incarnation, la liaison æ#131;©tait faite, mais je nâ¦#128;¦#153;est fait aucune dæ#131;©marche alors pour en savoir davantage. Puis un jour jâ¦#128;¦#153;ai rencontræ#131;© Une petite famille qui pratiquait le bouddhisme de Nichiren. Je me suis accrochæ#131;© æ#131; une certaine pratique qui ne me convenait pas par son inaccessibilitæ#131;© personnelle. Je me suis donc laissæ#131;© portæ#131;© pendant environ 3 ou 4 ans æ#131; la ræ#131;©citation de nam myoâ¦#128;¦ Puis un jour dans une foræ#131;ªt dâ¦#128;¦#153;eucalyptus dans le sud de lâ¦#128;¦#153;Espagne, je ne sais pas pourquoi, je me suis adressæ#131;© aux personnes dæ#131;©cæ#131;©dæ#131;©s que jâ¦#128;¦#153;appelæ#131;© les anciens. Avec respect, je mæ#131;©ditæ#131;© sur ces hommes et femmes passæ#131;© et leur demandais leur concours pour aider les vivants. La petite anecdote de cette pæ#131;©riode, ce fæ#131;»t la douleur dâ¦#128;¦#153;une grande sæ#133;¦#147;ur qui vivait la disparition de sa jeune cadette et la peur que cette derniæ#131;¨re est pris un avion avec ces papier et quâ¦#128;¦#153;elle est suivit nâ¦#128;¦#153;importe qui. Je me suis æ#131;©loignæ#131;© dans la foræ#131;ªt et je me suis adressæ#131;© aux anciens leur demandant de me donner une ræ#131;©ponse pour apaiser la souffrance de cette jeune femme. Je ne sais combien de temps je suis restæ#131;© assis en tailleur au milieu de la foræ#131;ªt et dans le noir sans lune. Une seule ræ#131;©ponse est arrivæ#131;©e æ#131; mon esprit alors que je perdais tout espoir dâ¦#128;¦#153;une ræ#131;©ponse. Et je fut convaincu que læ#131; æ#131;©tait la ræ#131;©ponse. Lâ¦#128;¦#153;objet mental disait æ#130;« trois jours æ#130;». Jâ¦#128;¦#153;en ai conclus que il fallait attendre trois jours æ#131; la souffrance de la jeune anglaise pour revoir sa sæ#133;¦#147;ur qui devrait ræ#131;©apparaæ#131;®tre. Je suis retournæ#131;© au camp et le groupe æ#131;©tait assis dans ma camionnette en pleine discussion. Je ne comprenais pas se quâ¦#128;¦#153;ils disait, mais vu la tension qui ræ#131;©gner, je subodorais quâ¦#128;¦#153;ils parlaient de la petite derniæ#131;¨re. Quand la ræ#131;©flexion pris place æ#131; des mots et des consolations, je plaæ#131;§ais en un mauvais anglais le fameux æ#130;« trois jour æ#130;» qui æ#131;©tonna les participants puis en Portugais je demandais æ#131; se que quelquâ¦#128;¦#153;un traduise æ#131; la grande sæ#133;¦#147;ur, que sa cadette reviendrait dans les trois jours qui suivraient. Puis la traduction terminæ#131;©e je ræ#131;©pondais au regard interrogatif par un simple sourire. Durant les trois jours qui se sont passæ#131;© je suis restæ#131;© confiant et je propageais ma foie æ#131; la sæ#133;¦#147;ur, qui nâ¦#128;¦#153;avait que ce seul espoir. Pour conclure je dirais que le scepticisme de certains membres du groupe ne ræ#131;©pondaient pas æ#131; lâ¦#128;¦#153;attente et le petit ami de la grande sæ#133;¦#147;ur me prenait pour le Franæ#131;§ais fou et il avertissait sa fiancæ#131;©e de ne pas mâ¦#128;¦#153;æ#131;©couter. Trois jours on suivit et la jeune inconsciente est revenu comme si de rien æ#131;©tait. Puis je suis retournæ#131;© un ans ou deux sur Laval ou je voyais ræ#131;©guliæ#131;¨rement mon pæ#131;¨re qui avait pris une direction vers la religion normalisæ#131;© en Europe, le catholicisme. Puis je suis repartis vers le sud et apræ#131;¨s une pæ#131;©riode dâ¦#128;¦#153;errance je repris contacte avec un moine Franciscain avec qui jâ¦#128;¦#153;avais fait un bout de chemin quelques annæ#131;©es plus tæ#131;´t. Il avait fait sa præ#131;ªtrise et æ#131;©tait curæ#131;© de paroisse. Il me demandait de rester et je passæ#131;© une annæ#131;©e au præ#131;¨s de cette paroisse. Et câ¦#128;¦#153;est læ#131; entre tradition du sutra du cæ#133;¦#147;ur et lâ¦#128;¦#153;amour divin que jâ¦#128;¦#153;entendais la voix dâ¦#128;¦#153;un homme que lâ¦#128;¦#153;on appelait le Dalaæ#131;¯-Lama et qui en quelques phrases ræ#131;©sumait ce que au fond jâ¦#128;¦#153;aspirais. Læ#131; commenæ#131;§a ma vrais quæ#131;ªte vers le Bouddhisme. De livre en livre et de mæ#131;©ditation en mæ#131;©ditation, je me dirigeais vers ce que je suis devenu aujourdâ¦#128;¦#153;hui soit, dix ans environ. Câ¦#128;¦#153;est apræ#131;¨s que mes problæ#131;¨mes ont commencæ#131;©s æ#131; la diffæ#131;©rence de beaucoup et les mani aussi.
  13. Bonjour à chacun, Devenir Boddhisattva et pour moi une obsession. Je ne cherche aucun mérite, même avant de découvrir le bouddhisme. Dans l'octuple sentier, je veille à ce que mon existence soit conforme aux préceptes. A part le fait que je fume, et que la colère et l'incompréhension viennent trop souvent régir mon esprit, le combat est à chaque instant plus facile. Qu’est-ce qu'un Boddhisattva? Pourquoi, je veux devenir boddhisattvas? Cela remonte à 1994, une simple promesse à la terre pour témoins, je me suis rendu compte que si je voulais aider les êtres, pour qu’ils réalisent l'éveil, il fallait que je m'améliore. Hors mis les détails si dessus, j'ai un problème de taille qui me pose question. J'espère que vous auriez le coeur d'y répondre. Depuis 1997 les services sociaux me dirigent (en paroles ou en suggestions) vers un statut de malade mental. En 1998 ayant changé de ville, de nouveau, le service social me propose site à des propos incohérent et contradictoire (discours de l'assistante social) de faire une demande de d'allocation adulte handicapé. Frustré et étonné, je ne peu répondre à sa demande. J'en parle avec mon frère qui me convint de faire la démarche. Visite chez les spécialistes de la psyché. Et depuis septembre 1999 je touche une allocation qui passe de 80% et sera réduite ainsi que l'allocation à 50%. Tout à était fait (je passerais sur les détails) pour que je me sente schizophrène, voyant des choses et entendent des voix. La vérité est que je n'entend pas des voix mais que je visualise des objets mental que je traduit bien ou mal. En 2004, il y as de ça un mois je me fâche avec le system et je constate que je ne suis pas malade et que je vie avec l'aide de la société et je divorce d'avec le Docteur qui me suit. Suite à ça je rentre en contact avec His Holiness the Dalaï-Lama. Qui s'adresse par une radio en langue anglaise. Et me dit que les professionnels cherchent juste à comprendre et que en faite je mériterais mon allocation. Bien sur honoré d'être le centre d'intérêt d'un homme aussi exeptionel je suis touché par ça démarche. Le lendemain, je vais voir un ami moine et prêtre de paroisse et je lui dit que je ne veux plus vivre avec les subsdits de la solidarité de la société, que je ne peu plus accepter cette situation. Et il me fait à quelques détails après le même discours que Sa Sainteté. Là, encore j'écoute l'ami et finis par me persuader de continuer la démarche et de travailler en équipe avec le groupe médical de santé mental. J'ai donc repris contact avec le Docteur que j'ai congédié, car je ne suis pas rentable pour un exercice de travail dans la société, mon expérience n'est qu'un constat. La question est la suivante: Est-ce que le statut de précaire et profitant de la générosité de la société Française et un empêchement pour devenir Boddhisattva?
×
×
  • Create New...