Jump to content
Dharmaling Forums

ted_

Members
  • Content Count

    7
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

About ted_

  • Rank
    Newbie
  1. Dans les pays du tiers et du quart monde, est déjà considéré comme "riche" celui qui peut, sans difficultés : - se nourrir - se vêtir, - se soigner, - se loger. Quant au danger de l'attachement aux biens matériels ou de l'attachement au rejet des biens matériels, c'est effectivement un piège à éviter.
  2. Bonsoir, J'ai traversé les mêmes doutes que Shakti envers le Karma. De plus, cette notion existait dans l'hindouisme bien avant Gautama. On peut la déformer et l'utiliser pour obtenir la paix sociale : - Ceux qui vivent bien et qui sont riches l'ont mérité par leurs actions antérieures - Ceux qui sont miséreux ne doivent pas se plaindre : ils l'ont bien cherché Le système de castes régnant en Inde me semblait trop injuste et à l'origine de cette doctrine. Mais en fait, j'ai compris ceci : Le karma s'applique aux phénomènes. Du coup, on ne peut pas attribuer à un "moi-je" illusoire la responsabilité de ce qu'il subit. Les bourreaux sont les seuls responsables de leur barbarie. Le "moi-je" illusoire d'une fillette de 6 ans qui se fait agresser, tuer ou violer n'est en rien responsable de ce qu'il subit. La fillette n'est pas coupable et son karma est d'ailleurs peut être d'être SECOURUE et AIDEE. Celle qui subit et comprendra un jour le Karma, c'est la Vraie Nature de la fillette, cette chose précieuse qui comprend, au delà des illusions, l'impermanence des phénomènes et la loi de cause à effet. En ce sens, seul un être sur le chemin de l'éveil et décidé à chasser les illusions de sa nature égotique, peut être considéré comme producteur responsable de son karma et peut mettre en place les actions pour l'épuiser. En aucun cas, un "moi-je" dans l'illusion et dans l'ignorance de sa Vraie Nature, ne peut être considéré comme responsable.
  3. Pardonne moi, nenuflar, si je me trompe, mais il me semble avoir compris que quand on parle de voie rapide, il s'agit de trouver l'éveil "en une seule vie" celle que tu vis maintenant. C'est ce que propose le Vajarayana ou le Zen. Theravada estime qu'il faut en moyenne 7 vies supplémentaires pour trouver l'éveil, 7 renaissances à partir du moment où l'on est "entré dans le courant" (sotapanna), ce qui n'est possible qu'en respectant strictement les préceptes (vinaya). Parmi les Voies dites rapides (1 seule vie, mais peut être 40 ans d'effort), l'éveil peut être considéré comme arrivant brutalement, instantanément, par exemple dans le Zen Soto ou progressivement, comme dans le vajrayana.
  4. Bonsoir, Je profite de ce post pour poser une question, peut être un peu naïve, aux maîtres confirmés ou aux pratiquants expérimentés. Si un maître, un guide confirmé est indispensable pour bien progresser sur la Voie, est-ce à dire que NOUS NE DEPASSERONS JAMAIS le niveau atteint par notre maître ? Après tout, il y a des degrés d'éveil. Ou y a t'il un moment où nous pourrons "voler de nos propres ailes", si j'ose dire ?
  5. Permettez-moi de donner une opinion qui n'engage que moi. Il a été écrit : "Toute sensation, parole, action provient de l'esprit"... Ce que Tsering traduit par "tout est conception de l'esprit", et remet en question. Les récentes avancées des sciences cognitives démontrent sans conteste que nous construisons une représentation point par point du monde extérieur, en compilant les informations fournies par nos sens. En fait, nous ne sommes pas en contact direct avec le monde, mais avec une représentation virtuelle de celui ci, construite par notre cerveau. Les illusions d'optiques sont une conséquence amusante de ce principe et les crises de délire aigü une forme beaucoup plus attristante. Nous savons reconnaitre une illusion d'optique quand nous en voyons une, non ? heu non ! c'est vrai : il faut qu'on nous le dise, qu'il s'agit d'une illusion. Sinon, nous pouvons être 10 000 a affirmer dur comme fer que... la petite roue tourne ou que les rayures sont courbes. Mais à part les illusions d'optiques, pour tout le reste, nous avons des certitudes, n'est ce pas ? Mais quelle serait votre réaction si en sortant de chez vous, vous constatiez que le ciel est vert et que les gens sont transparents ? Etes-vous victime d'une hallucination ? Ou avez vous modifié la représentation habituelle que votre cerveau se faisait du monde ? Mais alors, d'où viennent ces informations supplémentaires qui donnent à vos sens cette acuité supplémentaire ? et pourquoi y avez vous accès maintenant et pas quelqu'un d'autre ? En poussant ce raisonnement à la limite, vous allez analyser chaque pensée, chaque certitude qui vous vient à l'esprit, vous allez étudier chaque forme, vous allez essayé de décoder chaque perception, chaque sensation que vous ressentez, vous allez tout décortiquer pour essayer de comprendre la provenance, le mécanisme, la granularité, la structure de chaque information que vous recevez. Vous allez développer votre attention de façon maximale. En développant cette attention juste, vous allez arriver jusqu'à la trame même des phénomènes et comprendre ainsi que bien que ces phénomènes constituent un flux d'information régulier que vous avez traduit en concepts, ils n'ont pas d'existence intrinsèque. Connaissant la trame des phénomènes et leur nature, vous devriez si je ne m'abuse pouvoir assez facilement trouver et mettre en évidence l'enchainement de phénomènes qui sera perçu comme "de l'eau qui bout à 50 degrés" par des personnes moins attentives Mais a quoi bon faire bouillir de l'eau à 50 degrés. Il n'y a rien a prouver, rien a rechercher.
  6. Bonsoir tantrika, Ton approche me rappelle beaucoup celle de Ramesh Balsekar que j'ai découvert grace a Maruti sur le forum de l'annuaire du bouddhisme : balsekar a poussé le determinisme jusqu'à son point extreme : http://www.wie.org/FR/j20/balsekarintro.asp Je ne suis pas certain que l'approche bouddhiste soit compatible avec cette conception de l'univers, en ce sens ou celà revient a affirmer que l'impermanence des phénomènes est une réalité statique préprogrammée. Mais je trouve le concept efficace en tant que moyen habile pour abandonner notre attachement aux phénomènes, notre illusion de croire que nous pouvons "contrôler" quelque chose par notre mental, notre sentiment de culpabilité spontanée. Si on considère que la Voie royale est L'ACCEPTATION des choses, toutes clairement percues par le développement de l'attention, alors je veux bien accepter ce point de vue.
  7. Si tu as pris refuge, je pense que tu dois avoir toutes les sources nécessaires à ta disposition pour te parler du yoga du rêve. Notamment pour répondre à ta question sur l'initiation. A+ ted
×
×
  • Create New...